Le coaching mental en football






Cet article sur la préparation mentale au football intéressera aussi des sportifs et entraîneurs de tout sport. Bonne lecture!

Le mental au football


Le mental au football est évidemment central. Si la technique, la vitesse ou le sens du jeu sont importants, le mental va permettre le déploiement des capacités du joueur sur le terrain. En confiance, on joue mieux, on exprime plus facilement son potentiel et son niveau de jeu atteint à l'entraînement. Trop tendu, on retient ses mouvements, on ne montre rien de bon....

Le football est un sport médiatisé, baigné dans l'argent, et bon nombre de parents, de joueurs, et de dirigeants rêvent de succès, parfois dans un climat proche de la folie des grandeurs, mais surtout, dans celui de la pression. La pression, souvent décrite par le footballeur comme nécessaire pour se dépasser, se motiver, mais qui parfois empêche l'action, par inhibition et peur de mal faire. Que dire du climat parfois compliqué entre des joueurs sensés travailler pour le collectif, où la rivalité est déclarée en public être une source de motivation pour le groupe, alors que certains joueurs espèrent que leur coéquipier se plante pour monter au jeu... Que dire aussi des parents de joueurs qui hurlent parfois au bord du terrain, du stress qui donne la boule au ventre aux jeunes les plus talentueux. Décidément, le football nécessite un mental d'acier.

Le coach mental : pour quoi faire?


Le coach mental est là avant tout pour permettre au footballeur de se sentir bien sur le terrain, bien dans son élément. On le sait, le plaisir est la première clé du succès... En permettant au corps de libérer de la dopamine dans le cerveau, et de se déployer de manière juste afin de laisser la technique s'exprimer, sans être bloquée par des contractions musculaires démesurées, le plaisir est une source de motivation et d'expression de son potentiel. Combien de joueurs qui ont bien joué vont vous dire: "j'ai pris du plaisir sur le terrain et j'ai joué plus libéré: cela m'a réussi" Presque tous...

Entraîner le mental des joueurs


Le coach mental travaille à un premier niveau les aptitudes mentales des joueurs.
Après le plaisir, qui est presque un objectif éthique pour un intervenant au niveau mental, le coach mental va mettre en évidence, avec le joueur, ses points forts et les points faibles  au niveau mental (bilan), comme, par exemple (liste non exhaustive):

La capacité à gérer le stress


On sait qu'une dose de stress, ou d'activation physiologique, est nécessaire pour le joueur afin de se dynamiser (stress positif), mais s'il est trop élevé, il provoque des contractions musculaires qui empêchent de jouer correctement et détériore la technique (on le voit par exemple lors de séances de tirs au but ou tout simplement lorsqu'un joueur- ou parfois l'équipe- passe complètement à côté son match sous la pression.

Pouvoir rester centré sur l'action


Evidemment, il faut rester concentré sur les éléments importants pour jouer correctement : la balle, les coéquipiers, les adversaires, le cours des actions et pouvoir anticiper celles-ci... Simple? Pas vraiment, il n'est pas rare de sortir du moment présent et des éléments importants en dirigeant son attention par exemple vers l'arbitre, sur la phase précédente, ou sur un joueur qui vous énerve. Ceci n'a aucun intérêt si ce n'est vous faire sortir du match. Apprendre à focaliser son attention sur le cours du jeu tout au long de la rencontre nécessite des capacités mentales d'attention qu'il est parfois utile d'entraîner.

Sentir la confiance en soi


Le sentiment de confiance en soi va donner le feu vert à votre corps pour exprimer tout votre potentiel, plutôt que l'inhiber. La confiance en soi est essentielle à entraîner pour être performant et exploiter ses capacités techniques et physiques.

Avoir des capacités de visualisations positives


Pouvoir visualiser des réussites techniques, tactiques mais aussi des attitudes positives sur le terrain va favoriser la performance. La visualisation permet l'activation d'automatismes de performance qui vont être enregistrés au niveau de la mémoire. En effet, le cerveau ne fait pas de différence entre un geste imaginés et un geste réel... Avant un match, il prépare le corps à agir correctement. Les joueurs les plus performants ont des capacités de visualisations positives plus élevées que les autres.


Gérer les périodes de blessures et s'entraîner en imagerie mentale (visualisations)


Les périodes de blessures laissent parfois place à l'inactivité et à certains problèmes psychologiques. Or, il est important de pouvoir rester actif et s'occuper, aussi afin d'entretenir ses gestes techniques via des exercices de visualisations.

Le mental de l'équipe


A côté des facteurs individuels, l'équipe dans son ensemble est aussi sujette à des dynamiques complexes, et dont les principaux facteurs sont:

- La cohésion dans l'équipe

Cet aspect est paradoxalement parfois compliqué en football, où les enjeux individuels peuvent parfois prendre trop de place; or, cela est délétère pour la performance de l'équipe mais aussi des joueurs. Le fait de pouvoir partager des valeurs communes au sein de l'équipe, de pouvoir travailler ensemble (joueurs, staff, entraîneurs) vers un objectif commun, et de passer des moments informels ensemble favorisent la cohésion. La stabilité des équipes (notamment celle de l'entraîneur) favorise un sentiment de sécurité et de familiarité à l'ensemble de l'équipe qui ont le plus souvent un impact positif sur la cohésion.

- Rester dans une "bulle" de travail au sein du groupe équipe, tout en conservant des contacts adéquats avec l'extérieur au groupe (supporters, presse,...), n'est pas chose si simple. En gros, il s'agit pour le groupe de la capacité à se centrer sur ses objectifs et ses tâches sans trop se laisser distraire par l'extérieur (presse, supporters,...)

- La communication positive et efficace

- Gérer les défaites et la perte de confiance

Certaines périodes  sont plus difficiles. En football, c'est vite la crise et la confiance peut parfois s'étendre au groupe, pas seulement aux joueurs individuellement.

- ...

Etapes du coaching individuel


Après avoir identifié avec le joueur ses points forts et ses points faibles, le coach mental va fixer avec lui des objectifs de travail. Par exemple: apprendre à utiliser la pression des matchs importants pour développer la combativité, prendre confiance avant un match, ou encore augmenter les capacités de concentration.

Ensuite, il va aller puiser dans ses expériences antérieures des ressources, des outils et des rituels à entraîner et renforcer pour les rendre à nouveau efficaces. Il va proposer des techniques spécifiques, comme la visualisation mentale, l'approche comportementale, la méditation ou encore la sophrologie pour ne citer que celles-là. Chaque joueur a son propre fonctionnement: le coach mental devra trouver la méthode qui vous convient le mieux.

Voici le schéma classique d'une préparation mentale : 

1/ L'analyse de vos besoins et la fixation d'objectifs

Etape très importante, car il s'agit de déterminer à quel niveau vous avez besoin de travailler. Nous passons alors très souvent, mais pas toujours, par un auto-bilan de vos aptitudes mentales (concentration, confiance en soi, gestion de stress, motivation, combativité, gestion des compétitions et des moments importants,...)

2/ Entraînement mental: renforcement de vos points forts et amélioration de vos points faibles

Nous décidons de travailler certains aspects spécifiques, par exemple le renforcement de votre motivation et de votre confiance en soi, et de modifier d'autres aptitudes ayant un impact sur votre performance, comme la concentration, la gestion du stress ou la combativité.

3/ Préparation à la compétition

- Vous intégrez vos techniques dans vos routines pré-compétitives pour arriver mentalement prêt en compétition

- Vous intégrez des outils pour gérer des moments particuliers en compétition (exemple: moments importants, temps morts,...)

4/ Evaluation

Vous évaluez avec le coach vos progrès effectués notamment sur base de critères pré-définis

Coaching mental en club


Le coach mental qui intervient dans un club ne peut à mon sens travailler que s'il est dans une relation de collaboration étroite avec l'entraîneur, qui connait bien ses joueurs et qui a ses objectifs. Plusieurs éléments sont donc essentiel pour favoriser une collaboration positive et efficace:

- Le coach mental rencontre l'entraîneur et voit sans quelle mesure il peut l'aider, en lui proposant les possibilités de collaboration
- Il définit avec lui des axes de travail au niveau collectif et individuel
- Il met en place des interventions avec les joueurs et avec l'équipe en collaboration avec l'entraîneur et le reste du staff, comme par exemple
* travailler en séance de groupe des aptitudes mentales comme la confiance en soi, le relâchement, la gestion des spirales positives et négatives,...
* permettre aux joueurs de visualiser les schémas tactiques proposés par l'entraîneur
* travailler individuellement avec un joueur un aspect mental (ex: confiance en soi) ou technique (en visualisation)
* travailler avec l'entraîneur des stratégies de cohésion de groupe
*...

Le choix du type de travail est défini en fonction de la situation et à l'issue d'une réunion avec l'entraîneur et les dirigeants.


Article rédigé par Manuel Dupuis, coach mental et psychologue sportif
Manuel travaille depuis 2003 avec des footballeurs de haut niveau et des jeunes, à l'échelon national et international. ll est aussi formateur pour l'association des clubs francophones de football (aile francophone de l'Union Belge de football).

Autres lectures

L'imagerie mentale (technique de préparation mentale)
L'ancrage de ressource (technique)
L'imagerie mentale et phases arrêtées au football




Enregistrer un commentaire

> Liens utiles

> Plus d'information sur la
PSYCHOLOGIE DU SPORT